• Mon journal - 2ème partie

    J'ai continué ma 5ème dans l'espoir de me faire aimer par d'autres personnes. Bien sûr, j'avais des amies et une cousine, Laure. C'était une fille bien, timide comme moi et confidente aussi. Je lui disais beaucoup de choses, mes sentiments que j'éprouvais pour certaines personnes. Nous étions pareilles à l'école, sans qu'elle ne fut pas victime de la mode, et elle a bien eu de la chance. Elle est restée elle-même malgré les insultes qu'on lui affligeait. On peut l'admirer ; de plus, ses capacités pour travailler sont impressionnantes. Elle est très intelligente et ce n'est pas étonnant que ses camarades l'enviaient pour les notes.

    Le soir, lorsque je rentrais chez moi, il m'arrivait de pleurer en solitaire. Il le fallait c'était le meilleur moyen pour évacuer ce mal en moi. Pendant certains périodes, surtout l'hiver, j'étais stressée. Mes estomac se nouait et je vivais très mal cette situation. Je comptais les mois, les jours et les heures. Je ne pensais qu'aux vacances qui me permettaient d'être libre durant quelques jours. Je nettoyais ma chambre, faisais la vaisselle. C'est alors que je compris que le temps passait rapidement et que d'ici quelques années, j'allais véritablement être une femme, une femme respectée et citoyenne. Je n'avais pas d'idées sur ce que j'allais faire de ma vie, mais ce que je souhaitais plus que tout, c'était avoir un beau mari et des enfants. Je rêvais toujours d'un Prince Charmant qui allait arriver de je-ne-sais-où. Je le voyais brun aux yeux verts, très beau et romantique. Je tombais amoureuse de certains garçons mais ils ne le savaient pas et puis, ça passait. Je les oubliais comme j'oubliais les dates en histoire. Le prince Charmant n'arriva pas ; et il n'arrivera jamais. A 15 ans, personne n'a touché mon corps, c'est mon souhait. Mon corps m'appartient. Je le donnerais à la personne qui sera capable de m'aimer. Si tout le monde fait comme moi, on n'en serait pas là aujourd'hui. A douze ans, des filles tombent enceintes ! Elles sont encore immatures, elles ne connaissent même pas leur corps, ni son fonctionnement. Je n'ai rien contre les filles qui ont des rapports sexuels à onze ou douze ans, il n'y a pas d'âge pour faire ça. Mais si on décide de donner son corps à quelqu'un, il faut savoir aussi comme le protéger. Au collège ou au lycée, on nous renseigne sur la sexualité, mais le nombre de grossesse ne cesse d'accroître. L'oubli de la pilule est fréquent, je sais mais dans ce cas, on opte pour une autre forme de contraception. Le monde est quand même mal fait ! Un bon nombre d'adolescentes tombent enceintes sans le vouloir pendant que des milliers de couples se battent depuis des années pour avoir un bébé. Les progrès de la science rendent les gens heureux avec l'insémination artificielle mais moi, ayant vu des films sur cette opération, je crois que j'opterais plus pour une adoption.

                Oui, c'est bien d'adopter un bébé ou un enfant. C'est très long et dur aussi, mais avec un peu de patience, on obtient toujours ce que l'on veut. Faire retrouver le goût de la vie à un enfant de pays en guerre est une satisfaction. J'aimerais beaucoup adopter un enfant d'Afrique ou d'Asie ; ils sont tellement beaux.

                Reparlons de notre corps que seuls nous décidons du moment pour l'offrir. Je suis indignée de voir ces pédophiles profitaient des enfants, je trouve ça horrible. L'enfant culpabilise sans cesse, il souffre. On le touche, on le viole. Il n'y a qu'une solution pour punir les adultes de ces crimes : il faut les castrer ! Avec moi, ils seraient ainsi et je ferais tout pour leur massacrer leur vie comme ils l'ont massacré aux enfants. Des grands-pères violent leurs petits-enfants, des beaux-pères, la fille de leur femme...Mais nous vivons dans un monde où l'humain n'évolue plus !! C'est tellement malheureux de voir ces enfants pleuraient la journée. Les victimes gardent le silence, ils se croient entièrement coupables. Heureusement encore que certains professeurs et psychologues sont capables de comprendre que l'enfant ne va pas bien. Toute sa vie, l'enfant aura du mal, surtout dans sa vie amoureuse et sexuelle. Logique. Pendant des années, il é été abusé. Si une autre personne le touche, il va y repenser forcément !! Alors si vous êtes victimes, parlez-en ! N'ayez pas peur ! Personne n'a le droit de vous toucher si vous n'en avez pas envie. C'est un crime. Il faut payer très cher pour ça.

                En plus de tous ces problèmes, Dame Nature fait des siennes. Depuis un certain temps, il y a constamment des inondations, des avalanches...du coup, le nombre de disparus et de morts augmentent considérablement. Des centaines, voire des milliers de foyers sont sous l'eau. Des gens perdent leurs maisons, leurs voitures. Ils n'ont plus rien. L'eau emporte tout, elle est l'ennemi juré des personnes. Même les paysans qui l'attendent souvent ont leur champs inondés. Bien sûr, ils sont moins fiers ensuite. Les gelées s'accentues, le neige se fait attendre puis elle tombe d'un coup, dans toutes les régions de France. Elle a fait de nombreux bouchons à Paris. On peut s'attendre à tout maintenant ; s'il neige en juillet, il ne faudra pas s'étonner. Petit à petit les saisons disparaissent.

                Malheureusement, depuis quelques temps, un pétrolier a coulé et les masses qu'il contenait sont à présent sur les côtes atlantiques. Des bénévoles ramassent chaque jour des tonnes de pétrole. En Espagne, j'ai remarqué (à la TV) que tous portent d'énormes masques et combinaisons car le produit est, soi-disant, toxiques. Mais les Français eux, sont sur la plage sans rien alors que le risque de cancers est très élevés. Il faudrait se protéger un minimum ! On se ramasse pas du pétrole avec les tenues de dimanche !

    Comme vous pouvez le constater, ceci aussi me rend furieuse. Dans quelques années, les bénévoles seront à l'hôpital et on entendra aux infos : « c'est le pétrole qui les a rendu malades ! » On verra des familles effondrées, révoltées ce qui va faire débuter une polémique ! Encore une fois, on pourrait éviter ces malheurs en faisant protéger les bénévoles, tous simplement. Même si c'est cher. Et puis, au lieu de refaire les routes, l'Etat devrait garder des sous pour offrir le matériel nécessaire aux personnels.

                J'ai toujours aimé m'occuper des problèmes des autres. Aux informations, lorsque je vois des personnes âgées pleuraient de tristesse, lorsque je vois des clochards mourir de froid, j'ai envie de les encourager à vivre leur vie, mais c'est encore impossible. A quoi ça servirait ? J'aiderais quelques personnes mais les autres ? C'est déjà mieux que rien, mais avec les quelques pièces de monnaie que je possède et un cyclomoteur, je n'irais pas loin. A quinze ans, on se sent fort, capable de vivre seule, parfois même d'élever un enfant mais on n'est rien ! On a juste l'impression d'être grande, mais on ne sait pas faire les comptes, on ne conduit pas de voitures et on se rend compte que l'argent part vite. Moi, je reste donc chez moi, je suis nourrie, logée et je fais ce que je veux de mes journées sans obligatoirement me soucier de l'argent. Par rapport aux autres filles de ma classe, je ne sors pas beaucoup. Je préfère écrire et me laisser bercer par la musique en pensant à la personne que j'aime. C'est peut-être elle qui me fait parfois déprimer. J'ai alors besoin de rester enfermée dans ma chambre et de réfléchir comme je le fais souvent.

                A vrai dire, j'apprécie ces moments. Dès que j'écris, il me vient des idées. Et puis, depuis septembre, ma vision des choses a changé. Je suis nerveuse et toujours

    pressée  de faire avancer le temps ; mais après je le regrette. En résumé, je souhaite que le temps passe vite alors qu'au fond de moi-même, je voudrais que celui-ci passe lentement. J'ai envie de profiter de ma vie d'adolescente et étant donné que je suis un peu différente, je crois que je n'ai pas les mêmes intérêts que mes amies. Elles, elles sont passionnées par les séries-télé comme « Buffy » alors que moi, cela ne m'intéresse pas. Je trouve même cela stupide, mais chacun ses goûts. Ce n'est pas pour autant que je ne m'entends pas avec elles. Je pense qu'elles vont changer elles-aussi et qu'elles finiront par se rendre compte que ça les rend débiles.

    Dans ma chambre, j'écoute beaucoup la radio, notamment « Europe 2 » J'ai aussi quelques CD de pop rock, rock et métal... C'est cette musique qui me rend heureuse. Il faut l'écouter forte pour qu'une émotion en ressorte. On oublie tout, on ferme les yeux et on se laisse entraîner dans ce labyrinthe de bonheur. On ne veut plus en sortir tellement on se sent bien. Parfois même, je pleure. Je me dis que ma vie est mélancolique, voire inintéressante. La musique m'amène au plus profond de mes rêves, dans une autre dimension, dans un monde inventé par les gens comme ça, comme moi. On voudrait crier, pour ne pas dire « gueuler » notre haine du monde dans lequel on vit. Ça m'est égal si les autres pensent que le bon rock n'est pas une musique. Chacun pense ce qu'il veut, mais dans ce cas, qu'ils ne viennent pas me dire que ce que j'aime est NUL. Moi, je n'insulte pas quelqu'un parce qu'il aime la techno ! il faut arriver à faire comprendre aux gens qu'on est tous différents ! Si nous étions pareils, la vie ne servirait à rien.

                Oui, nous sommes différents mais il y en a qui le sont trop. Je dis cela parce que les violeurs, les tueurs ou autres ne sont pas comme nous, et ils font peur. Encore aujourd'hui, j'ai entendu la disparition d'une fillette. Quel cauchemar pour les parents ; ne pas savoir si elle est vivante, morte ou souffrante...C'est dans ces moments là que je me dis que je ne prendrais pas le risque d'être mère. J'ai l'impression que c'est un travail très fatiguant et stressant, mais c'est aussi tellement beau...

                Moi, plus je grandis, plus j'ai envie de me battre pour réussir dans ma vie ; quels que soit les domaines. Je souhaite à présent faire un bon métier, et tous ce qu'il me plaira. Si j'ai envie d'aller vivre un Canada, j'irais ! Le mieux dans sa vie est de faire ce qu'on veut faire, malgré parfois les difficultés que cela peut engendrer. Il faut souffrir pour être heureuse. C'est difficile par exemple, de se faire soigner quand on est très malade. Il faut persévérer, oui, persévérer pour vivre le plus longtemps possible ! Je sais que ce ne sont que des paroles, et que, moi-même, je suis incapable de savoir ce que l'on peut ressentir lorsqu'on souffre atrocement mais qu'on doit vivre pour les gens qu'on aime. Je crois que je ne laisserais pas le temps à la nature de me tuer ; je le ferais moi-même.

                En regardant « Jeanne d'Arc » et « Anne Franck » on peut se dire heureux de vivre dans notre petit monde, où les êtres vivants ne peuvent plus se supporter. Effectivement, la violence qui régnait durant ces deux époques lointaines est bouleversantes. Même si actuellement, la violence est horrible. Auparavant, c'était pire, ils souffraient atrocement. Lors de la seconde guerre mondiale, comment pouvait-on tuer tous ces gens ? Des juifs, des tziganes, les asociaux, des handicapés, et même des homosexuels... Tous avait commis un crime, ils étaient nés ! Si ce n'est pas honteux, qu'est-ce que c'est ? Eliminer des gens parce qu'ils sont – encore une fois – différents est vraiment abominable. Cette époque de l'histoire m'a d'ailleurs beaucoup plu, étant donné que mes grands-parents étaient des enfants. J'en profite pour dire à tous les gens qui sont décédés pendant cette partie de l'histoire, que je les admire. Ce sont des héros. Ils me voient de là-haut, m'entendent peut-être, mais ils sont là...

    Vous n'êtes pas obligé de me croire, mais si vous ne croyez plus en rien, je me demande alors « à quoi rime votre vie ? » Même si ce n'est que votre imagination, vous voyez des choses étranges. Je ne peux pas vous en dire plus, mais servez-vous de votre cerveau pour réfléchir...

     

    J'avais de ces idées ! ça me fait bizarre de réécrire ça.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :